Cap sur les dunes…Premier Assaut!

Toujours aussi belle et prenante…la Mauritanie ! Dans cette mer de sable, les concurrents se sont sentis absorbés par l’immensité qui s’offrait à eux. Des cordons de dunes à perte de vue… un grand moment d’émotion pour les amoureux des grands espaces et du Sahara!

Cette première spéciale sur le sol mauritanien fut belle et les dunes bien présentes… Une spéciale totalement inédite, un tracé qu’aucun rallye n’a jamais emprunté. Au menu du jour,  beaucoup de hors piste, alternance de plateaux rapides, de végétation, de vallées herbeuses, d’herbe à chameaux très espacée, de franchissements de dunes et de parties empierrées…  Il fallait se montrer appliqué et concentré...d’autant plus que le sable était particulièrement mou.

 

Le « Renard du désert » sort le grand jeu !

Entre Boulanouar et Tabrenkout (à une trentaine de kilomètres d’Akjoujt), les 398 km de secteur chronométré ne furent pas de tout repos, surtout pour les plus novices en matière de franchissement. En maître, Jean-Louis Schlesser, surnommé le renard du désert, impose son Buggy, entrainant dans son sillage son équipier François Lethier, assez anxieux pour sa première étape mauritanienne. Jérôme Pelichet au volant de son Wildcat, auto légère et agile talonne les deux buggies bleus tandis que Jacky Loomans concède un peu de temps après avoir heurté un gros cailloux arrachant son ski de protection et provoquant une petite fuite d’huile au pont avant. Toujours dans le coup, Edmond Pelichet a apprécié sa journée en avouant avoir retrouvé de bonnes sensations dans le sable. Miroslav Kubicek a « surfé » et s’est beaucoup amusé. Pas un seul plantage pour le pilote suisse, un grand moment de bonheur au volant de son Range Rover Classic et une 6ème place !

Dans le Team Egypt, « Mido » réalise le sans-faute… Un peu de temps perdu qui ne change au classement général tant l’Egyptien est cramponné à sa 5ème place. Sur le buggy Cotel piloté par Gilles Florin, la journée fut en partie consacrée à tester (avec succès) un nouveau système de gonflage-dégonflage. Des problèmes récurrents de surchauffe empêchent malgré tout la paire Florin-Cotel d’aller chercher la performance. Jean-Jacques Jousseau poursuit son apprentissage. Découvrant chaque jour de nouveaux terrains de jeu et de nouvelles difficultés, le rookie, au volant de son Toyota, s’est encore acquitté avec enthousiasme de la tâche. Plus difficile en revanche pour le Ch’ti Kangoo…Après avoir bouclé à 100% les deux dernières spéciales, aujourd’hui, l’exercice fut plus compliqué, même si Momo Asloun fait preuve de toujours autant de détermination… Difficultés aussi pour le buggy de Rudy Goeminne et le Toyota de Juan Aibar. Quant à Vincent Demonceaux, son moteur n’est pas loin de rendre l’âme. C’est bien décevant car le Bowler Nemesis avait affiché une grande régularité.

Côté camions, même si Miklos Kovacs domine à la perfection son sujet, cette 7ème étape restera gravée dans sa mémoire. En effet, pas moins de 8 plantages dans les dunes pour effectuer …15 mètres. Le colosse Hongrois et ses navigateurs ont pelleté pendant plus de 1h30… Mais cela ne change rien au classement général car Elisabete Jacinto, face à des problèmes d’injection a dû renoncer à franchir les principaux cordons de dunes. La Portugaise devrait regagner le bivouac par le goudron… Coup de chapeau à Noël Essers qui signe ce soir sa deuxième victoire d’étape !

Sur deux roues, Alberto Dottori remporte le scratch avec deux minutes d’avance sur Marco Capodacqua. Les deux Italiens ont joyeusement jardiné, mais ont passé ensemble la ligne d’arrivée. Giovanni Stefani a connu quelques problèmes, chaine cassée. La route est encore longue…et la boucle autour de Tabrenkout, demain, devrait être le morceau de bravoure de cette deuxième édition de l’Africa Eco Race.